Hopper l’énigmatique …

« Peut être ne suis-je pas très humain. Mon désir consistait à peindre la lumière du soleil sur le mur d’une maison »  Ainsi se décrivait Edward Hopper. 
Sa vision très pessimiste de l’évolution de la société américaine a pesé de tout son poids sur son travail. Ses tableaux traduisent une vision très cinématographique des paysages, de la ville, et des personnages dont la caractéristique première est la solitude. Des personnages souvent seuls, ou en couple mais s’ignorant mutuellement, dont l’incapacité à communiquer est toujours présente. Des gens perdus dans des villes désincarnées, ou dans des paysages inspirant la mélancolie. D’un réalisme glacial. Énigmatique et fascinant...
Quelques-uns de ses tableaux ici http://monoeil.blog/index.php/edward-hopper/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *