Fair Play & Tampons

29/08/2018 – Débuts en fanfare

(Infographie ASM) … Menés 15 à 16 à la mi-temps, les bougnats se sont bien réveillés ensuite et ont marché sur une équipe d’Agen qui a craqué physiquement et mentalement. Des essais de trois-quarts en quantité. Super début de championnat, à confirmer dimanche au Racing 92 ou ça devrait logiquement être un poil plus compliqué …

11/05/2018 – Légende …

Au risque de me tromper, le palmarès du garçon dont je vais vous dire un mot, c’est ça :

19 saisons pro à l’ASM, et son 418 ème et dernier match le 5 mai avec son unique club…

Premier capitaine à ramener un bouclier de Brennus à Clermont-Ferrand en 2010,

2 titres de champion de France (2010-2017),

3 finales de coupe d’Europe, 1 titre en Challenge Européen en 2007 …

76 sélections en équipe de France. 3 victoires dans le Tournoi des 6 Nations, dont 2 Grands Chelems 3 coupes du monde, dont celle de 2011, en Nouvelle-Zélande, perdue en finale 7-8 contre les All Blacks …

Plus quelques matchs avec les Barbarians dont 2 en tant que capitaine. N’en jetez plus !..

S’il est subjectif d’utiliser des éléments de comparaison dans nos activités habituelles (est-on sûr que tel chef d’entreprise est meilleur que tel autre, que ce prof surpasse celui-là, que cet acteur ou ce chanteur sont très au-dessus de la mêlée ?), l’avantage avec le sport est que la performance est mesurable.

Les chiffres sont là, exceptionnels.

Je ne vais pas ici, parler « rugby ». Certains journalistes le font mieux que moi, quelques (rares) supporters aussi. On peut raisonnablement se contenter de dire que les performances exceptionnelles ne sont pas du ressort de gens normaux, en sport comme ailleurs, en sport surtout.

Donc, l’homme … J’ai la chance de le connaître un peu, de connaître d’autres joueurs et anciens joueurs qui parlent du sportif et de l’homme en termes extraordinairement élogieux, de côtoyer régulièrement certains de ses amis d’enfance … Fidélité, à son club bien sûr, et à son niveau, ça me paraît indépassable ! Fidélité en amitié, ses potes de 20 ans sont toujours là … Un état d’esprit vanté par tous, partenaires actuels et anciens, membres du staff (Franck Azéma : « il a cette qualité très rare d’être dans la transmission tout en essayant de rester le meilleur … un mec honnête et droit, un exemple pour ceux qui suivent »). Bref, un homme qui s’est, en près de deux décennies, hissé au rang de monument du rugby français, et de véritable légende dans toute l’Auvergne. Le 5 mai au soir, il a raccroché, et son humilité a fait qu’il n’a pas consacré beaucoup de temps à l’auto-célébration.

J’ai lu récemment un mot d’Elvis Vermeulen, ancien très grand joueur et un homme formidable, lui aussi,  qui fut longtemps son partenaire, qui disait « je suis fier d’être son pote ».

Je ne suis pas un de ses amis. Étant d’une génération beaucoup plus proche de celle de ses parents que de la sienne (!), nous avons des affinités qui diffèrent un peu, et c’est bien normal.

Mais j’ai le privilège de passer assez souvent du temps avec cet immense champion, toujours autour d’un bon repas, ou de bonnes bouteilles.

Je n’en suis pas fier.

J’en suis extrêmement honoré. Merci Roro.

MT

09/01/2018 – POURQUOI LE RUGBY ?

[Clermont-Ferrand, place de Jaude, pour fêter le Brennus 2017. Incroyable engouement populaire ...] 

Je l'explique dans la présentation, ce blog est consacré à tout ce qui me parait beau, à tout ce qui me semble bon, sans prétention pédagogique, simplement dans un but de partage avec celles et ceux (pour parler comme un politique !) qui ont des goûts voisins des miens. J'aime donc beaucoup de choses, parmi lesquelles le sport, ou plus exactement le spectacle offert par les sportifs de haut niveau. 
Pour en avoir pratiqué quelques-uns au siècle dernier (!), je crois avoir non pas conscience, mais une vague idée des qualités et des efforts requis pour atteindre l'excellence. Et le spectacle de l'excellence, en sport comme dans des disciplines artistiques ou en gastronomie (!) m'impressionne toujours, m'émeut parfois. 
Je peux tout regarder avec plaisir ou passion. J'évite seulement les sports dont j'estime que le comportement d'un nombre non négligeable de leurs spectateurs n'est pas respectable. Je me prive donc, et c'est sûrement dommage, des gestes techniques hallucinants des Neymar et consorts, mais le sport le plus populaire de la planète m'est devenu insupportable en raison de son environnement. 
Donc le rugby ! Commençons par son public. D'accord, on ne peut pas dire que l'état d'esprit dans les tribunes ait évolué de manière positive ces dernières années (d'aucuns diront depuis le professionnalisme, mais rien n'est moins sûr). Disons que le fair-play s'est un peu dilué avec le nombre croissant de spectateurs… Mais un signe ne trompe pas : je n'ai jamais vu au stade Marcel Michelin, temple clermontois du rugby, un policier dans le stade ou autour du stade. Je n'ai jamais assisté au moindre incident. Et la présence policière autour des manifestations sportives me semble être un indicateur quantitatif fiable de la bêtise ambiante. 
Le sport lui-même maintenant, pourquoi suis-je aussi enthousiaste ? 
Le rugby est violent. Il l'a toujours été, il l'est de plus en plus. Pour le coup, c'est bien en raison du professionnalisme. La vitesse, le gabarit des joueurs, leur puissance physique, tout augmente au moins aussi vite que leurs salaires. 
La boxe, elle aussi, est violente, mais c'est un port individuel. 
Dans le rugby on prend des coups et on en donne, non pas pour soi, mais pour l'équipe, pour les copains, pour les supporters. Il y a dans ce sport une dose de courage, d'abnégation, de générosité qui m'épate. 
Et il n'y a pas que de la violence dans le rugby ! Je renvoie à l'interview d'Aurélien Rougerie (La Montagne du 05/11/17) : "contrairement aux apparences (sic), il est aussi question d'intelligence, de stratégie, de déplacement … et c'est beau". Ce sport aux règles quasi incompréhensibles, qui consiste à avancer en passant le ballon en arrière, atteint parfois des sommets de poésie ! Si si, je vous l'assure ! 
Lisez Blondin sur ce sujet, lisez l'excellent Dictionnaire amoureux du rugby de Daniel Herrero (chez Plon) et régalez-vous d'histoires de mêlées, de chisteras, de cadrage débordement, de bouchons, tampons, bouffes, cuillères et autres fourchettes, de bière et de troisième mi-temps, mais aussi de respect des règles, des arbitres et des adversaires, comme nulle part ailleurs… Voilà pourquoi il y a une rubrique "Fair play & Tampons" dans ce blog, parce que comme le dit Herrero, on s'y rencontre plus qu'on ne s'y croise. 

MT